Les syndics de copropriété et la digitalisation

Dans un monde de plus en plus tourné vers le digital (en savoir plus) où 46 % des particuliers utilisent « plus » le digital pour leurs projets immobiliers. Le métier de syndic de copropriété doit s’adapter au monde de la digitalisation pour ne pas être hors du temps. La digitalisation devrait devenir incontournable dans les activités des syndics de copropriété d’ici quelques années.

Les effets de la crise sanitaire sur les syndics de copropriété

La crise sanitaire de la COVID-19 (en savoir plus) a mis en lumière des problématiques pour les syndics de copropriété auxquelles ils ne pensaient pas un jour être confrontés. Parmi les difficultés rencontrées dans ce métier, nous retrouvons celles liées à la gestion de la copropriété. Puisqu’il est inenvisageable de se déplacer, comment gérer une copropriété à distance ? Également, les questions autour de l’organisation de l’assemblée générale, comment organiser une assemblée générale en réunissant tous les propriétaires tout en restant chez soi ?

L’utilisation de la digitalisation

La meilleure réponse à ces interrogations a été mise en place par les leaders du marché du syndic (i.e. Cytia, Foncia, Nexity et Immo de France) qui ont su implanter la digitalisation dans leurs différentes activités. En effet, ces quatre mastodontes du marché du syndic de copropriété savent manier les différents outils numériques. Cette compétence informatique leur permet de réaliser à distance l’organisation de l’assemblée générale à l’aide de logiciels de visio-conférence (Microsoft Teams par exemple). Pareillement il en est de même pour la gestion des copropriétés où des logiciels comme Coprolib’ sont utilisés.

Les conséquences de la crise sanitaire sur les petits cabinets

Les petits cabinets de syndic de copropriété qui ne se sont pas tournés vers la transition digitale ont vu leurs activités fortement diminuées pendant la crise sanitaire. Cette crise aura poussé certains petits cabinets à céder leurs activités aux leaders du marché des syndics. Ainsi, cette crise aura accentué la forte disparité entre les agences immobilières nationales (Cytia, Foncia, etc.) et les petits cabinets qui n’ont pas les compétences nécessaires pour se tourner vers la digitalisation. En effet, les syndics de copropriété de ces petits cabinets sont pour la plupart des personnes âgées ne souhaitant pas passer à la digitalisation, préférant garder le contact humain ou par manque de maîtrise des outils numériques.

La mise en place d’une réglementation

Les nouvelles lois Alur (l’accès au logement et un urbanisme rénové) et Elan (l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) ont été un frein dans le développement des petits cabinets. Le contact humain était au cœur du fonctionnement de ces cabinets et cette façon de gérer était viable jusqu’à l’arrivée de ces lois qui ont bouleversé le monde du syndic. Ces petits cabinets de syndics ont vu arriver ces nouvelles règles qui leur sont imposées. Parmi les règles imposées, nous pouvons prendre l’exemple de l’extranet, pour lequel la loi Alur datant de 2017 (en savoir plus) stipule que « chaque copropriété doit fournir à ses copropriétaires un espace numérique personnel et sécurisé comportant les documents liés à la copropriété sans impacter le coût des cotisations ». La concentration des syndics de copropriété peut s’expliquer par cette innovation technologique souhaitée par l’Etat.

Une nouvelle forme de syndics de copropriété

Certains cabinets de syndics de copropriété ont su s’adapter à cette digitalisation de leur profession en proposant leurs prestations entièrement en ligne. Ces syndics de copropriété en ligne donneraient davantage satisfaction à leurs clients que les syndics de copropriété traditionnels. A vrai dire, le talon d’Achille des syndics de copropriété traditionnels est leur réactivité. Les syndics de copropriété en ligne remédieraient à ce problème en proposant une meilleure réactivité et disponibilité grâce à des experts joignables directement. L’autre avantage à souligner avec ces syndics de copropriété en ligne est la simplification du parcours client. Vous avez, en tant que client, la possibilité d’effectuer toutes vos démarches à travers une application mobile ou sur un site en ligne dédié. Vous proposant un service indépendant et des réponses plus rapides à vos questions.

Les avantages des syndics de copropriété en ligne

Les syndics de copropriété en ligne permettent de réaliser de vastes économies grâce à la digitalisation de leurs activités. Nous pouvons relever un gain écologique et économique pour ces syndics en ligne du fait que vous ne devez plus imprimer les documents donc une réduction de coût et moins de gaspillage de papiers. De plus, pour ces syndics, il est possible de tout gérer à distance leur permettant de réduire leurs coûts de fonctionnement et d’offrir à leurs clients des tarifs compétitifs. Nous pouvons prendre l’exemple des copropriétés à Paris où les honoraires pour la gestion de l’immeuble coûtent pour le client en moyenne 250 € pour un syndic traditionnel. Alors que si le client passe par un syndic digital, le coût serait de 95 à 110 € en moyenne.

En conclusion, les syndics de copropriété qui n’ont pas encore eu recours au digital devraient utiliser cette technologie pour réaliser leurs activités afin de ne pas être dépassé par l’évolution technologique.

Sources :

https://www.lavieimmo.com/divers-immobilier/pourquoi-la-digitalisation-pousse-a-la-concentration-des-syndics-de-copropriete-49262.html

http://www.appgroves.com/la-digitalisation-du-syndic-pour-plus-de-performance/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.