Rappel
Automatique

L’immobilier ancien français, un marché en ébullition

Le marché français continue sur sa lancée. En effet, la hausse des prix continue sur l’ensemble du territoire français. Cependant, il faut noter que cet accroissement des prix semble se stabiliser.
A la date du 1er juillet 2019, le nombre de transactions réalisées a dépassé le million. Cela représente une hausse du nombre de biens vendus de 7% sur un an. Cette augmentation a même maintenu l’activité des notaires durant les périodes creuses. En 10 ans, le nombre de biens vendus a quasi-doublé passant de 560 000 à 1 020 000 biens.
Parmi les villes les plus chères, Paris mène la danse avec un prix moyen au mètre carré au-dessus des 10 000€. Les villes de Lyon et de Bordeaux complètent respectivement le podium avec des prix au mètre carré de 4 501€ et 4 475€. Le prix moyen sur le territoire français avoisine les 2 600€ le mètre carré.
Par ailleurs, cette tendance n’est pas près de s’arrêter. La pratique de taux d’intérêt inférieur à 1% incite les particuliers à emprunter pour acheter. De plus, ce n’est pas le seul facteur impactant le marché de l’immobilier français. En effet, la population française retrouve un second souffle, qui se traduit par des signes positifs sur l’emploi et un pouvoir d’achat à la hausse rassurant les ménages. Autre paramètre important, les marchés financiers sont très volatiles ce qui incite les investisseurs à se tourner vers l’immobilier qui reste le placement le plus stable et souvent qualifié de placement de l’année car la crise financière de 2008 laisse encore des traces.

Cependant, après avoir connu une hausse continue sur les deux premiers trimestres de l’année 2019, la fin du troisième trimestre se caractérise par une rentrée timide pour le marché de l’ancien. A l’échelle de la France, la hausse des prix s’est emballée par rapport aux 10 dernières années. L’augmentation sur 10 ans avoisine les 10%, à 5 ans 4,1% et depuis le début de l’année 1,4%. Concernant la ville de Paris, les prix ont augmenté de 57,6% sur 10 ans et 28,9% sur 5 ans. Même si l’immobilier en France évolue, le mois de septembre n’a connu aucune augmentation de prix. A l’image de Paris, entre janvier et fin août, le prix du mètre carré a augmenté de 7,4%, contrairement au mois de septembre où les prix n’ont pas bougé. A l’inverse, d’autres grandes villes françaises ont vu les prix baisser légèrement comme Bordeaux, Nice et Villeurbanne qui ont chutés respectivement de 0,1%, 0,6% et 0,1%. Sur les 20 plus grandes villes, le prix du mètre carré de Dijon et Nîmes a reculé de 0,7%.

L’une des craintes qui pourrait venir ralentir le marché de l’ancien en France concerne les crédits. De nouvelles réglementations sont à prévoir avec les règles imposées par Bâle III et Bâle IV. Ces réglementations auront pour effet de resserrer l’étau des apports personnels ainsi que la durée des crédits pratiqués.
Quelles en seront les impacts sur l’immobilier de l’ancien pour fin 2019 et 2020 ?
Même si les conditions de crédit ainsi que les taux incitent les français à investir, il est important de noter que la cadence de la hausse des prix semble limiter le volume de biens vendus sur le territoire. Selon une étude réalisée par la BPCE, en juillet 2019, le nombre de vente sera de 970 000 pour l’année 2020. Ce chiffre reste très positif pour le secteur sachant que les prix vont continuer à augmenter d’ici fin 2020. Autrement dit, si la situation économique reste stable, le marché de l’immobilier de l’ancien devrait continuer sur sa lancée. Les estimations réalisées à 3 mois et 1 an montrent que le marché est optimiste. Sur 3 mois, une hausse de 2,6% du prix est attendu pour les appartements anciens et 1,6% pour les maisons. L’évolution à 1 an prévoie une augmentation de près de 5,1% pour les appartements et 2,7% pour les maisons.

Ainsi, même si le marché de l’immobilier connait une stabilisation des prix à l’aube du troisième trimestre, le marché français semble rester un investissement très en vogue et les prix du mètre carré ne semblent pas enclin à baisser d’ici deux ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.